mai 7

La femmeTooMuch voyage dans le temps, épisode 4

Femme Too Much, Gratitude

0  comments

Leçons du passé sur les ferries, le ciel étoilé et les keftedakia

Imagine ça.
Pont d'un ferry à destination de la Crète, septembre 1972.
J'ai 5 ans.

Heure du dîner.
Je voyage vers la Crète avec mes parents. Nous allons y vivre un moment, mes parents travaillant sur l'ancienne léproserie de Spinalonga.
Je ne le sais pas encore mais ces quelques mois vont être cruciaux dans la formation de ma personnalité, et je vais apprendre tellement de nouvelles choses, acquérir tellement de croyances qui sont toujours avec moi aujourd'hui, à la fois les belles croyances et celles qui m’ont vraiment terriblement traumatisée.

Nous vivrons dans une maison carrée contenant une seule pièce au bord de la plage, sans eau courante et avec ce qui ne peut être défini que comme le strict minimum. À un moment donné, le toit s'est effondré complètement sur nous… Quoi qu'il en soit, c'est une histoire pour une autre fois, à propos de l'étonnante magie du strict minimum et autres (et je lutte pourtant encore aujourd'hui pour me permettre plus que le strict minimum … Les dommages collatéraux…)

Bien… Retour au ferry.
Nous trois, mes parents et moi, nous formons une cellule de base de sécurité et d'amour. Je n'aurais pas su définir cela à l'époque, mais au milieu de la vie en communautés et d'un style de vie complètement hippie, ils (nous) ont créé un triangle d'amour et de protection qui était crucial pour moi… Et peut-être pour eux aussi. Une cellule. Un triangle unique à trois côtés où chacun de nous avait un but, une place et une utilité spécifique.
J'étais l'enfant. La joie. La lumière.
Une partie de mon travail consistait à divertir.
La plupart de mon travail consistait à apprécier.
Et j’ai apprécié. Oh ça oui! J'ai apprécié !

Retour au ferry.
Le strict minimum signifiait pas de cabine. Nous vivions sur le pont. La traversée durait 12 heures à l'époque (8 aujourd'hui). Garde à l'esprit que nous le faisions régulièrement, allant de chez ma grand-mère à Athènes à la Crète et retour.
Alors ... Heure du dîner ... Ma mère installait nos sacs de couchage (ceux de l'armée suisse, vert militaire avec de vraies plumes de canard à l'intérieur, si douillets!) en une jolie petite aire de pique-nique, elle ouvrait la boîte en plastique fournie par ma giagia (mamie en grec) contenant les keftedakia (boulettes de viande grecques) et du citron (bien sûr, des keftedakia sans citron, c’est hors de question, strict minimum ou pas) et des tomates, des olives et du pain et nous mangions.
À l'époque, nous voyagions avec tous les couverts et la porcelaine de mes parents, c’est à dire trois bols en bois, trois tasses métalliques de camping, trois ensembles cuillère et fourchette de camping et un couteau pliant chacun (Opinel français pour qui demande). ..J'ai toujours les miens ... Vois la photo.
Alors nous avons mangé. Pas de téléphone, pas de tables, pas beaucoup d'autres personnes sur le pont non plus (c’était une époque avant le tourisme de masse et les Grecs sur les ferries méprisent le pont).

La paix, la bonne nourriture, le bruit des moteurs, la fumée de l'immense cheminée, le bruit lointain des vagues sous le bateau, l'air frais et salé ... Une aventure magique ... Mais attends, il y a mieux.

Plus tard, nous déménagions et trouvions un endroit plus isolé, où il y avait moins de lumières sur le pont, et installions notre camp pour la nuit.
3 sacs de couchage, le mien au milieu, bagages et serviettes en guise d'oreillers…

Puis la vraie magie a commencé pour moi…
Est-ce que tu t’es déjà allongé sur un pont en mer en regardant le ciel?
Il n'y a rien qui bloque la vue, rien entre toi et les étoiles.
Cette nuit était peut-être une nuit de lune noire ... Le ciel était aussi sombre que possible et les étoiles étaient partout ...
Si nombreuses ... si brillantes ... si scintillantes ...
Incroyablement proches et incroyablement éloignées…
J'étais émerveillée. Je ne pense pas avoir beaucoup dormi ...

Le sentiment de sécurité d'être entre mes parents endormis, les merveilles du ciel nocturne, la chaleur à l'intérieur de mon sac de couchage et l'air frais et salé sur mes joues, le bourdonnement régulier du moteur, la mer s’écrasant contre la coque, le balancement du vaisseau lui-même, tout cela a contribué à ce qui a été, je le comprends maintenant, ma première expérience mystique, ma première rencontre avec l'Univers, avec la Source, avec tout ce qui est plus grand que nous.

Je m'en souviens très bien. Je le ressens encore: l’admiration, le pur émerveillement , la révérence pour ce miracle qu'est le cosmos. Et moi.
Je me sentais en faire partie..
Je sentais que j'étais dedans.
Je sentais que j’étais le cosmos.
Je crois que cela a ouvert mon âme à un autre plan d'interaction avec le monde.
Et assez bizarrement, je ne me sentais ni petite ni effrayée.
Je me sentais énorme et vaste.
J'ai senti que j'appartenais.
Comme si je me souvenais.

Comme si j'étais déjà allée là-bas et que j'avais voyagé à travers les étoiles ...
Bien sûr ... j'ai grandi. Et j'ai oublié à nouveau ...
Mais ces jours-ci, je ne peux m'empêcher d'être renvoyée à cette nuit, mon premier éveil, ma première rencontre avec la beauté pure, la plénitude et le sentiment d'être une avec tout cela.
Et je sais maintenant que ces voyages intergalactiques dont je me souvenais étaient vrais, un souvenir lointain enraciné en moi par mes nombreux ancêtres des étoiles.
Je sais que la graine de Mintakan en moi s'est réveillée cette nuit-là, entre la mer et les étoiles… et la sirène endormie a repris vie.
Mais c'est une autre histoire pour une autre fois.
Cette nuit-là, je me suis éveillée.
À la magie dans laquelle nous vivons.
À l’incroyable qu'est la planète sur laquelle nous marchons, à la Terre.
Aux merveilles de la mer, de l'Eau.
À la splendeur du Feu, du Ciel et du Cosmos.
Au sentiment de liberté dans la brise, à l'Air.

Et à quelque chose que je ne pouvais pas nommer mais que j'ai maintenant appris à appeler Gratitude Infinie pour la Vie.
J'ai dû dormir après tout, car ce qui m'a réveillée, c’est le premier rayon d'une autre merveille du Feu, le Soleil.
Et pour terminer cette nuit de découvertes et d’éveils, j'ai pu m'asseoir dans mon sac de couchage (avec mes parents encore endormis) et regarder le Soleil Levant, comme la Première Aube de l'Univers, seule sur le pont du navire en mouvement, dans la même admiration que la veille.

Petite personne. Grandes découvertes.
Petit moment. Énorme éveil qui change la vie.

Depuis ce jour, l’émerveillement pour la beauté qui nous entoure vit en moi, est ancrée dans chacune de mes respirations.
Et à ce jour, je crée quotidiennement ces moments d'émerveillement pour moi-même.
Pour me souvenir.
Pour ressentir l'émerveillement.
Me prélasser dans la beauté.
Ressentir la joie et la gratitude pour ce don de la vie.

Et toi ?

Je serai heureuse de t’entendre sur ces quelques grandes idées.
Merci d'avance pour ton commentaire.
C’est tout pour aujourd'hui ...
A bientôt, pour mes prochaines aventures en ligne!
Jusque-là, je t’envoie amour, lumière et gratitude.
Isaya

Si tu as aimé lire cette histoire et que tu en veux plus du même genre ... Rejoins ma liste ici et reçois une histoire inspirante hebdomadaire dans ta boîte de réception!

Tu pourrais aimer aussi ...

Ça ne peut pas être aussi simple

Parlons promesses et engagement

La Femme TooMuch voyage dans le temps, épisode 5

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>