mai 14

La Femme TooMuch voyage dans le temps, épisode 5

Femme Too Much

0  comments

Leçons sur l'amour, les rêveries cinématographiques et l'image de soi.

Imagine ça.
Piscine d'un motel bon marché, Los Angeles, Californie, août 1981.
J'ai 14 ans.

Nous voyageons aux USA avec mes parents.
LE voyage d'une vie pour nous.
Notre trio familial hippie a hérité d'une belle somme d'argent, et mes parents ont organisé ce voyage de 6 semaines à travers les États-Unis, de New York à la Louisiane en avion, puis en voiture jusqu’à San Francisco.
Bien sûr, étant une adolescente française et n'ayant jamais été aux États-Unis, et étant une grande fan de films et de comédies musicales, ce voyage a créé tant de souvenirs et de leçons incroyables pour moi ...
Pour aujourd'hui, concentrons-nous sur celui-là.
Me voici donc, tôt le matin… je barbote seule dans la piscine tous les jours pendant 3 jours.
Et puis ce garçon. Le quatrième jour.
Appelons-le Michael (parce qu'en vérité je ne me souviens pas de son nom)
Il a mon âge.
Nous commençons à parler.
Pour une raison que je ne peux pas expliquer, il semble être attiré par moi ...
Ah! Peut-être qu'une explication du contexte est nécessaire ici.
Donc…
Je suis … plutôt grosse. Chez moi en France, je ne suis pas la plus populaire auprès des garçons. Jamais été embrassée. Jamais été choisie.
Étant donné que je ne me sens généralement pas confiante en mes pouvoirs de séduction, je suis à la fois étonnée et flattée par l'attention.

Image authentique de moi pendant cet été

Image authentique de LA piscine et moi-même

Bref. On nage, on batifole dans l'eau (oui, je sais, ce mot ... lol!) Et on apprend à se connaître. Quatre courtes matinées avant que chacun de nous ne parte pour une journée de tourisme avec ses parents, puis ma famille et moi prendrons l'avion pour Londres pour quelques jours chez mon oncle, avant de rentrer en France.
Il vient de Londres.

Je suis amoureuse.
Pas ma première fois ... mais presque.
Je suis ravie et tout à Los Angeles me donne l'impression d'avoir été mis là juste pour mon plaisir et mon admiration.
Venice Beach, le Chinese Theatre, Disneyland, Santa Monica, Universal Studios, tout semble être là uniquement pour moi, et tou semble presque fades par rapport au visage de ce garçon.
Et garde à l'esprit que je suis une grande cinéphile, principalement fan de comédies romantiques ... partout à Los Angeles, cela ressemble à un décor de cinéma (car cela a littéralement été utilisé dans un film, je sais)
J'ai l'impression d'être dans un film.
Je sens que je mérite ma propre étoile sur le trottoir de Hollywood Boulevard.

On ne se touche jamais.
Et avant de partir, il me donne son adresse et son numéro de téléphone.
«Appelle-moi quand tu es à Londres», dit-il.
Passons rapidement sur le vol de retour vers Londres le plus long et le plus fastidieux que tu puisses imaginer…
Je l’ai fait. J'ai appelé.
Nous fixons un rendez-vous pour nous rencontrer.
Il habite en fait à Croydon, près de Crystal Palace.
Trajet en train, bus, j'arrive chez lui (je vais vous laisser imaginer le temps passé et l'angoisse dans le choix mes vêtements, bijoux et maquillage…)
Ses parents sont gentils et accueillants.
Je suis au paradis.
Nous allons nous promener dans le parc, main dans la main.
Je suis à nouveau dans un film.
Je vis la vie des comédies romantiques. Je suis Olivia Newton-John dans Grease ... Et ainsi de suite ... Des années plus tard, quand j'ai entendu la chanson "I can hear the bells" dans Hairspray ("Je peux entendre les cloches"), j'ai enfin pu expliquer ce que je ressentais.
Jeune fille potelée et impopulaire du milieu de nulle part en France, choisie par un anglais sexy (je suis sûr qu'il l'était) en Californie… Et me voici, dans un parc anglais, marchant main dans la main avec lui. Je me souviens littéralement d'avoir entendu de la musique …

Image authentique du Crystal Palace Park

Image authentique de deux adolescents quelconques

Et n'oublie pas que mon anglais est assez rudimentaire et qu'il ne parle pas du tout le français, donc la conversation a dû être plutôt ... courte.
Dans le parc, sur une pelouse douillette dans les buissons, nous nous asseyons ... et nous nous embrassons enfin.
C’est mon premier baiser.
Les anges chantent. J'entends un chorale. Je peux voir une rangée de danseurs en arrière-plan. J'ai envie de me lâcher en chanson moi-même.
Énergiquement, ce baiser a ouvert quelque chose en moi… Je sens mon corps, mon cœur, mon vagin, s'éveiller à une nouvelle dimension.
Je m’éveille à l’amour.
Je m’éveille à l'énergie sexuelle.

Encore une fois, je suis dans un film.
Le garçon mignon m'a choisi et m'a éveillée ...
Je fond dans son étreinte et sens que ma vie est complète.
J'ai été embrassée.
Dans mes souvenirs, c'est le meilleur baiser de l'histoire des baisers.
Je n'ai pas de comparaison de toute façon…
Je me sens belle, je me sens aimée, je me sens puissante et réussie dans le domaine le plus important de la vie: l'amour.
Et oui, il y a une chanson d'une comédie musicale pour ça: "I feel pretty" de West Side Story.
Je sens que mon énergie est dans les cieux. Michael (oh vraiment! Est-ce que je l'ai sérieusement renommé comme ça? LOL!), Michael est mon ange et mon amant pour toujours et à jamais, et honnêtement, je peux entendre les cloches.

La quantité de renforcement positif que j’ai reçu de cette séance de câlins à Crystal Palace Park est énorme. J'ai enfin l'impression que je suis "suffisante". Ce sentiment ne disparaîtra jamais vraiment.

Mais…
Bon… Tu l’as vu venir, n'est-ce pas?
La jeune vierge française naïve et romantique…
Le garçon anglais excité, convaincu que toutes les filles françaises étaient faciles et qui a vu une opportunité ...
À un moment donné, dans une partie isolée du parc où nous étions assis, il a ouvert sa braguette, m'a montré sa bite (assez grosse si je me souviens bien) et a demandé en français:
"Tu veux baiser ou tu la suces?" (et oui, dans ce langage impoli et direct)
Je suppose que c'était le seul français qu'il maîtrisait

Pause. Choc. Respirer.

Image authentique de nous .. dans mon film

Image authentique de moi après sa phrase en français

Je suis tombée des cieux directement sur Terre, et en plein dans un énorme tas de merde fumante.
Au moins je l‘ai ressenti comme ça.

La première fois que j'ai vu une bite.
Quelques minutes après mon premier baiser.

De la comédie romantique au porno hard en moins d'une heure.

Je dois dire que je suis très fière de moi et si reconnaissante pour mon éducation. À ce moment-là, j'ai trouvé la force de dire "Non, non merci, je veux rentrer chez moi, maintenant".
Je me suis levée, je l'ai planté là, je suis retournée chez lui et j'ai demandé à sa mère d'appeler ma famille en disant que je ne me sentais pas bien.
Il est rentré à la maison, alors que mon oncle qui était venu me chercher me raccompagnait à sa voiture.
Nous nous sommes dit au revoir poliment.
Je ne l'ai jamais revu

Inutile de dire que j'étais dévastée. Utilisée. Souillée. Ternie.
Il m'a fallu un certain temps pour récupérer. Et être à nouveau intéressée par les bites.
Même si cela ne m'a pas découragé des hommes… J'ai essayé plus tard pendant mon adolescence de devenir une lesbienne opprimée (oui c'était à la mode dans les années 80, et oui je suis si vieille…), mais j'ai toujours eu un truc pour les grands beaux bruns ténébreux ... et les bites.

Image authentique de moi aujourd'hui .... Tu vois, ça va bien !

Image authentique de la promo pour mon programme sur l'amour

Mais je me suis remise ... Et tu sais, vraiment il y a plus dans cette histoire qu'un traumatisme.

Les leçons et les changements dans mes croyances étaient et sont toujours nombreux et cruciaux ma vie.

Je peux être attirante. Oui, j'ai appris que je pouvais en effet être attirante. Et qu’ un homme (garçon) pouvait vraiment me désirer. Une idée si cool et rassurante. Je suis désirable. Cela ne m'a jamais quitté!

Je ne peux être séduisante qu'ailleurs puis chez moi ... Je crois depuis de nombreuses années (jusqu’à ce jour?) que je ne pourrais trouver l'amour que lors de voyages, loin de chez moi. Il y a une autre histoire ici, une sur les pêches, la Grèce et mon amie bien-aimée Maria, que je partagerai un autre jour. À la maison, je me suis sentie à nouveau comme le vilain petit canard ... je travaille encore sur cette croyance ...

Je peux dire NON. Et faire tenir ce non. J'ai ce pouvoir et cette capacité. Trop cool. Tellement libérateur. Je suis certaine que Michael n’était pas un violeur, juste un garçon excité et mal informé, et je n’ai aucune rancune. À ce jour, je suis reconnaissante de l'opportunité que ce garçon m'a donnée.

Je retournerai à Los Angeles un jour ... ça fait 40 ans maintenant. Et les USA n'ont jamais cessé de m'attirer ... J’y suis retournée plusieurs fois (encore des d'histoires!) Mais jamais à Los Angeles. Venice Beach me voilà!

Les Rom Coms sont le truc pour moi. Encore aujourd’hui. Je n'aime pas le porno.

L'exaltation de l’amour (ce sentiment d'être "amoureuse"), le désir et l'énergie sexuelle ne sont qu'une seule et même chose. Et c'est génial! Être dans un état de désir (désir insatisfait) est tellement agréable! Bien mieux que n'importe quel drogue que j'ai essayé plus tard dans ma vie. J'adore me sentir amoureuse. Alors je fais de mon mieux pour ressentir ça tous les jours ... En amour avec ma vie, avec mon partenaire, ma maison, mes enfants, mes amis, la nature et surtout, me sentir amoureuse de moi-même. J'ai appris que aimer est un verbe. D'abord. Et un choix. J'aime aimer ... Même si / quand je ne suis pas aimée en retour.

La vie peut être à la fois incroyable et terrible et changer en un instant. Et je ne regrette aucune partie de cela. Sentir les hauts, les bas, apprendre les leçons. Voilà ce qu'est la vie pour moi. Pas un voyage sans engagement, apathique et sans enthousiasme où j'essaie de ne pas me blesser. La vie ne doit pas être vécue à moitié. C'est une expérience vibrante, excitante et audacieuse où j'atteins les cieux. Dans mon quotidien. Quels que soient les risques.

Il y a tellement de possibilités. Je peux être différente. Même en étant la même. Parfois, un changement de décor suffit.

Je ne suis pas ce que tu vois en moi. Ce garçon a vu en moi une opportunité, une cible, un objet de son désir. Je n'étais pas, je ne suis pas, et je ne serai pas réduite à ça. Je suis qui je suis. Pas qui tu vois / de qui tu as besoin / qui tu désires. Je suis un sujet, pas un objet.

J'ai une imagination très vive et j'aime vivre dans une réalité améliorée où j'ajoute de la musique, des danseurs et des chansons dans mon expérience quotidienne. C'est génial!

La beauté est dans l'œil du spectateur. Et de nombreuses années après avoir oublié que je pouvais être la première spectatrice de ma propre beauté, je suis ramenée à cette croyance aujourd'hui. Je suis belle. Je peux le croire à nouveau maintenant.

Un seul souvenir. Tellement de croyances (limitantes ou non). Je suis si heureuse d'apprendre de mon propre passé en écrivant ces histoires …

Je serais très heureuse de t’entendre sur ces sujets. Merci d'avance pour ton commentaire.
C’est tout pour aujourd'hui ...
A bientôt pour mes prochaines aventures en ligne!
Jusque-là, je t’envoie amour, lumière et gratitude.
Isaya

Si tu as aimé lire cette histoire et que tu en veux plus du même genre …
Rejoins ma liste ici et reçois une histoire inspirante hebdomadaire dans ta boîte de réception!

Si tu sens que tu as besoin de pratiquer plus d'amour-propre dans ta vie quotidienne, tu pourrais être intéressée par mon nouveau programme en ligne, Rose Sensuelle avec Aphrodite! Nous commençons le 24 mai! Plus d'informations ici: https://isayabelle.thrivecart.com/rose-sensuelle-avec-aphrodite/


Tu pourrais aimer aussi ...

Ça ne peut pas être aussi simple

Parlons promesses et engagement

La femmeTooMuch voyage dans le temps, épisode 4

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>